« Le jeu » ou un dîner mouvementé

« Le jeu » ou un dîner mouvementé

Le challenge était double pour Fred Cavayé, réalisateur du jeu : il fallait adapter un film italien de Paolo Genovese (2016), Perfetti sconosciuti », lui-même déjà remaké mais également adapter ce genre si particulier du huis clos, qui tire ses origines et ses codes du théâtre. Alors, challenge réussi ?

Au cours d’un dîner entre amis, Marie propose à ses invités de jouer à un jeu: chacun dispose son téléphone au milieu de la table. Chaque fois qu’un téléphone sonne, le propriétaire doit répondre en haut-parleur à l’appel ou lire à voix haute le message. Ce petit jeu risque de vite tourner au drame entre amis…

Fred Cavayé après avoir excellé dans le polar français, notamment avec « A bout portant » ou encore « Pour elle » semble vouloir continuer à s’essayer dans la comédie française. Après « Radin », le réalisateur nous propose « Le jeu », un deuxième remake du film italien « Perfetti Sconosciuti ».

Présenté comme une comédie au premier abord, le film tourne rapidement au cauchemar au rythme des révélations du groupe d’amis. Le jeu devient alors une comédie dramatique qui s’inscrit ainsi dans la tradition typiquement française du huis clos, comme l’avait fait le « Prénom » avant lui.

Les révélations s’enchaînent avec rythme, sans laisser une seconde de répit au spectateur, qui passe du rire aux larmes, et des larmes à la surprise. Si le spectateur avait peur de s’ennuyer face à ce huis clos, ses craintes peuvent s’envoler. Tout cela étant permis non seulement par le jeu des caméras, parfaitement dirigé par le réalisateur, mais également grâce à la performance et la cohésion des acteurs. Mention spéciale à Grégory Gadebois, touchant et juste dans son propos final.

Le petit groupe d’amis nous invite à sa table, afin de déguster un foie gras au lait, en brisant le quatrième mur. Mais a-t-on vraiment envie d’être à cette table ? A-t-on vraiment envie de mettre notre téléphone sur la table et partager tous nos secrets ?
Là est tout le propos du film : ce dernier vient à nous interroger sur la relation entre amour (ou amitié) et vérité. Doit-on tout dire ou ne vaut-il mieux pas garder certaines choses secrètes pour préserver l’autre ?
Sur cela, le film ne tranche pas et laisse au spectateur la possibilité de se forger sa propre opinion : chacun sait ce qu’il doit faire avec ses amours.

Petit bémol au tableau, le retournement final qui permet d’avoir une fin plus légère comme attendu dans les comédies, mais une fin plus terre à terre qui n’utilise pas assez l’atmosphère fantastique mise en place tout au long du film. Ce twist final risque de désengager le spectateur, qui, jusqu’à là, était pris dans l’engrenage des événements s’enchaînant à un rythme effréné. On regrette ainsi cette petite perte de profondeur, qui fait perdre au film son propos principal.

Malgré cela, Le jeu nous laisse un souvenir agréable qui promet de longs débats à la sortie de nos salles obscures si vous allez le voir entre amis.

 

Salomé Ferraris

About the Author

Leave a Reply

Optionally add an image (JPEG only)