«CHIEN» OU L’ANIMAL ASOCIAL ?

«CHIEN» OU L’ANIMAL ASOCIAL ?

Aujourd’hui figure reconnue du paysage cinématographique francophone, Samuel Benchetrit décide de mordre à nouveau le tissu de la production audiovisuelle française pour dévoiler son nouveau long-métrage grinçant : Chien. Après s’être fait les griffes avec Asphalte, le metteur en scène originaire de Champigny-Les-Marnes adapte un autre de ses romans et veut mettre à jour la bête canine qui veille en chacun de nous.

 

Jacques Blanchot (Vincent Macaigne) se réveille tous les matins au son du même hélicoptère. Ce bourdonnement inquiétant d’un quotidien morne et creux devient rapidement synonyme d’une descente aux enfers. Jacques perd en effet d’abord sa femme (Vanessa Paradis), son foyer, son travail, son argent puis son humanité…  Vraiment ?

Ce qui se dégage de Chien au premier visionnage c’est un travail artistique détonnant sur l’image. Cadres fixes oppressants, lumière soignée habillant parfaitement une banlieue dystopique, le film dépeint un réel bien trop beau pour ne pas être angoissant. « Je tenais absolument à ce que le film soit visuellement beau. Je ne voulais pas faire de Chien un film social : il fallait presque qu’il soit de l’ordre du conte. » confie ainsi le réalisateur.

C’est dans cette périphérie urbaine désertée par la compassion que notre créature kafkaïenne moderne déambule, toujours animée d’une tendresse infinie et dérisoire face au déchaînement des réprimandes et de la violence qui l’entourent. Blanchot est donc un chien, « un chien plus qu’humain » souligne Benchetrit puisque même face à la cruauté des hommes, Jacques reste d’un pacifisme bienveillant, presque ingénu. Lorsque l’humain montre les crocs, le chien tend une dernière fois la patte à une société irrationnelle et perdue. Ce qui fait la force de Blanchot, et par delà, celle de l’humanité, c’est sa capacité à aimer quoiqu’il advienne. « Confronté à notre égoïsme, Jacques demeure des plus généreux. Il est surhumain.» confie Vanessa Paradis, épouse de Macaigne à l’écran.

Avec des niveaux de lecture multiples, Chien embrasse les thèmes métaphysiques basiques (simples) où chacun peut piocher et délivrer ses conclusions, de la critique sociale à la dénonciation des systèmes totalitaristes en passant par une interrogation subtile du fonctionnement de l’animal social.

 

Remettant en cause les archétypes de relation entre dominant et dominé, Chien est un film à la limite des genres, fable existentielle, comédie cauchemardesque ou drame cocasse. Grâce à la caméra de Benchetrit, « Chien parle de nous, des gens et de la société à travers une histoire entre rêve et cauchemar mettant en scène des gens qui nous ressemblent.» achève Vanessa Paradis.

Et si vous vous intéressez de manière plus générale à la symbolique du chien dans l’imaginaire artistique et collectif, on vous invite à philosopher avec les chiens.

Timothée Wallut